Bienvenue sur les Vilaines Chroniques !

L’écriture me manquait, je réfléchissais, puis, une idée est née. Les Vilaines Chroniques, rédigées par nulle autre que moi-même, Vilaine Bergère, on s’en doutait !

Crocheteuse, designer de crochet, passionnée de la fibre… mais aussi employée salariée, belle-maman trois fois (!), conjointe, soeur, amie… Je publierai évidemment des articles reliés aux arts de la fibre, mais les sujets seront diversifiés !

Des trucs et astuces au crochet, des découvertes laineuses, des lectures intéressantes, des créateurs à découvrir, peut-être même des entrevues avec des designers et des teinturiers… mais aussi la gestion de cet art au travers de la vie de famille et d’employé, en passant par l’organisation des espaces dédiés à la passion du crochet, les sujets traités dans mes articles seront variés !

Laissez-moi donc commencer en vous parlant du point de départ de ma passion pour le crochet….

Il était une fois…

Il y a quelques années, je suis allée étudier l’archéologie en France. Les voyages ont toujours été au cœur de mes intérêts, il a donc été naturel pour moi de quitter mon pays pour quelques années, alors que j’étais jeune et sans attaches. 

Rare photo de moi-même (la blonde) sur un chantier archéologique avec une partie de l’équipe de fouilles

Après avoir passé trois années sur le vieux continent, je suis revenue chez moi pour entamer une maîtrise en histoire du droit. Sérieuse et sévère, c’est ce qui revient quand je parle de ma spécialisation universitaire… mais c’est assez loin de me décrire !

Alors que je tentais de compléter ma maîtrise par la rédaction de mon mémoire, je me suis mise à la recherche d’une raison de procrastination. Depuis toujours, je tricote. Bon, je ne tricotais pas grand chose, un foulard par ici, un foulard par là et une petite paire de bas en passant… rien d’extravagant. 

Première réalisation au crochet… (on constate aussi le grand talent en photo…)

En cherchant une idée de tricot plus “exotique”, qui me prendrait plus de temps à réaliser, et qui me permettrait donc de prendre de plus longues pauses de rédaction, je suis tombée sur un patron de crochet. Je n’y comprenais rien… Rien du tout ! Mais j’ai commandé un petit kit de crochet cheap sur Internet, pour faire des essais. Sans n’avoir jamais suivi de cours, de tutoriels ou autre, je me suis lancée, crochet à la main, et j’ai fais des essais. 

Ça semblait naturel et inné pour moi, tout ce que j’essayais fonctionnait et donnait ce que je voulais. Ça me semblait oh! combien plutôt facile que le tricot, que je pratiquais pourtant depuis de nombreuses années. 

En plein création dans ladite pièce du petit 4½ sherbrookois

Je me suis donc mise à crocheter partout, sans arrêt. Dans mon petit 4½ de Sherbrooke, les créations s’accumulaient pendant que les pages, elles, ne s’écrivaient pas. Une pièce de mon appartement était dédiée à la création : mon stock de peinture, mon stock de tricot (laissé à l’abandon) et mon stock de crochet. 

De fil en crochet (haha!), mes créations trouvaient preneurs aux anniversaires de mes proches. Puis, j’ai commencé à recevoir des commandes de ma famille, de mes amis, puis des amis de mes amis… Je suis devenue une créatrice de crochet ! J’ai lancé donc une petite page Facebook, une petite boutique Etsy et un profil Instagram.

Un jour, j’ai été contactée par le collectif Francrochet, suite à une publication sur mes “célèbres” Adam, la dent à dents (la célébrité est toujours relative!). En étant membre du collectif à titre de créatrice, j’ai lu et appris au sujet de la rédaction de patrons de crochet, et je me suis mise à écrire mon premier patron. 

Adam, la dent à dents. Patron original de Vilaine Bergère

Je me suis crue retombée à l’Université à tenter de compléter mon mémoire ! La rédaction était longue et ardue… et je me sentais envahie du syndrome de l’imposteur dès que j’ouvrais mon fichier pour rédiger mes nouveaux rangs. Mais j’y suis parvenue, et, on va se le dire, dans un délais beaucoup plus raisonnable que pour mon mémoire de maîtrise, heureusement !

Depuis, j’ai publié près d’un patron par mois… le syndrome de la page blanche semble m’avoir quitté, tout comme le syndrome de l’imposteur (même si lui, il vient parfois me visiter).

Après cette anecdote sur mon débute dans le monde du crochet, je vous dis à bientôt pour une nouvelle chronique !

N’hésitez pas à utiliser le Courrier des Brebis pour me contacter, si vous avez une question, un thème que vous aimeriez que j’aborde, un tutoriel que vous aimeriez que je fasse ou tout autre sujet sur lequel vous aimeriez lire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s