La rose du rang crochète… Émilie Huppé Gagné!

Dans le cadre de son aventure Notre Univers au crochet, Karine (La rose du rang) nous fait découvrir les membres du Collectif Francrochet… sous toutes leurs mailles !

En faisant mes recherches pour notre entrevue, j’ai découvert que tu étais vraiment une touche-à-tout! Peux-tu nous parler un peu de ton parcours et de ce qui t’as menée à ajouter toutes ces cordes à ton arc?

Depuis que je suis toute petite, je suis attirée par le monde créatif. À 8 ans j’ai débuté mes premiers cours en théâtre et j’ai adoré. J’ai continué à pratiquer cet art jusqu’à l’Université en faisant mon BACC en études théâtrales avec concentration intervention sociale. Étant jeune, je faisais également des bracelets d’amitié .

Par la suite, j’ai eu envie de faire du scrapbooking et de la création de bijoux artisanaux. Mes proches aimaient bien mes confections, alors j’ai commencé à en vendre autour de moi. J’ai exploré un peu le monde de la couture, mais ça n’a pas duré très longtemps. Je n’étais pas trop patiente avec mon outil de travail, la machine à coudre.

Alors vous vous demandez, mais quand est arrivé mon intérêt pour le crochet et le tricot. Je vous explique. Mon mari, étant membre de l’association des loisirs de notre village, était occupé à organiser un carnaval d’hiver pour toute une fin de semaine. Bien sûr, j’y suis allée avec nos enfants.

Bon et là, mon fils , très jeune à ce moment là, commence à être malade. Je ne pouvais pas rester à l’extérieur au gros froid avec lui. J’ai dû passer le reste de la fin de semaine toute seule avec lui, à manquer cette belle organisation. J’aime bien écouter des films, mais on dirait qu’il me manquait un petit quelque chose. Comme j’avais un peu de laine avec moi, j’ai décidé de visionner des vidéos de tricot sur YouTube.

Je me suis donné comme mission de faire une tuque pendant la fin de semaine et c’est ce que j’ai fait. J’étais vraiment impressionnée de ce que je pouvais faire, mais je voulais en faire plus, apprendre d’avantage. Et là, je suis tombée sur des patrons de crochet. Le crochet… hum, ça me disait quelque chose. Lorsque j’étais petite, ma mère me faisait de belles robes de Barbie au crochet et il ne faut pas oublier que ma grand-mère était toujours en train de coudre, tricoter ou crocheter. Je passais beaucoup de temps chez ma grand-mère et je crois que c’est elle qui m’a donné le goût de créer. Bon alors, comme je ne savais aucunement comment crocheter, j’ai visionné des vidéos de crochet aussi pour apprendre les points de base. J’ai essayé quelques tutoriels sur internet et puis je me suis dit que j’étais prête à faire un vrai projet. J’ai été attirée par le patron de l’ensemble Rustik d’Akroche Tatuk. Comme son patron était très bien expliqué, j’ai pu réaliser ma première tuque au crochet en quelques heures seulement. Oh que j’étais contente et fière de mon résultat. Et j’ai eu la piqûre! Depuis ce jour, j’ai un énorme cartable rempli de patrons au crochet.

Je fais maintenant parti du collectif Francrochet comme créatrice membre. J’ai ma petite entreprise de confections au crochet et tricot, car oui je fais parfois des réalisations au tricot aussi. En plus d’avoir cette nouvelle entreprise , je travaille également à mon compte pour une ébénisterie. Je fais des dessins d’atelier que je dois faire approuver, modifier et mettre en production pour la fabrication.

Ah oui, j’ai oublié de vous dire que je suis retournée aux études après mon BACC pour faire une technique en design d’intérieur.

Avec mon mari, nous avons aussi une petite ferme maraîchère et quelques animaux. J’aime bien avoir plusieurs cordes à mon arc, ça me permet de diversifier mes journées. À chaque jour, je m’accorde un moment pour créer, je carbure à ça!

Design Emy s’inscrit donc dans une longue aventure forte en créativité! Mais au delà de ton besoin de créer, qu’est-ce qui t’a poussée à transformer cette nouvelle aventure créative en aventure entrepreneuriale?

Comme j’ai touché un peu à plusieurs formes d’art et que maintenant je sais que le crochet et le tricot sont vraiment faits pour moi, j’ai eu envie de pousser plus loin et de faire découvrir mes confections à tout le monde. Je sais que ce n’est pas éphémère, alors je peux y mettre toute mon énergie. Je rêve même de crochet! Quand tu sais que ta passion est tellement ancrée, tu peux maintenant investir en elle.

Quand on regarde ta boutique, on y retrouve un bel éventail de modèles qui ont presque tous en commun d’être confectionnés avec de la laine teinte au Québec! Peux-tu me parler de ce qui t’as amenée à faire ce choix?

Au début je travaillais avec de l’acrylique, car je faisais beaucoup d’ensembles pour enfants et que je n’avais pas été renseignée sur autre chose. Je me déplaçais dans un magasin à grande surface pour m’y procurer mon matériel. Il n’y a aucun problème à travailler avec l’acrylique. J’en ai toujours un peu à la maison. Je comprends qu’une mère ne veut peut-être pas investir plus pour une confection si c’est pour son enfant et que la tuque ne lui fera plus l’année suivante.

Mais je vous dirais que mon amour pour la laine teinte à la main est arrivée au Central Pop. Comme je suis tout près de Drummondville, je m’y suis rendue pour mes achats des fêtes. J’avais déjà remarqué le logo du renard de la boutique Créartlaine et là comme je savais maintenant crochet et tricoter pour vrai, je pouvais me laisser tenter.

Sans trop savoir quoi acheter, je me suis laissée conseiller. Je suis donc partie en ayant avec moi deux beaux écheveaux de couleur Paprika (un beau rouille bien punché) et Sentier (un jaune chaleureux et puissant). J’allais me faire une tuque avec ça, c’est sûr! C’est à ce moment que j’ai appris qu’il y avait des termes pour la grosseur de laine… ouf! C’était sorcier pour moi et je me suis informée! Quand j’ai réalisé ma première tuque avec de la fibre naturelle, ça m’a transporté dans un autre monde. J’ai toujours été fascinée par le monde des couleurs. D’ailleurs c’est pour ça que je suis allée en design d’intérieur. Les couleurs me font tellement vibrer.

Et tu ne t’arrêtes pas qu’à la laine…

Quand je crochète, chaque maille m’apporte une petite flamme intérieure ou je ne sais trop 😉 Depuis ce moment, j’ai décidé que j’allais travailler avec de la laine de qualité et teinte au Québec. Il est important pour moi de soutenir les entreprises d’ici. En plus de prendre cette laine, je me procure mes accessoires chez d’autres artisans Québécois. C’est là qu’est arrivée ma tuque 100% Québécoise. J’ai de beaux boutons faits à la main par l’ébénisterie Trukerie. Ils sont tellement beaux et viennent ajouter une petite touche de plus à mes confections.

Même mes étiquettes et pompons proviennent d’entreprises d’ici. Je crois que ça va dans le même sens que mes choix de vie. Nous avons élevé nos enfants à la maison, en campagne en essayant d’être un peu autosuffisants. Je veux aller dans le même sens pour mes confections. Offrir des produits de qualité, en soutenant l’achat local et les autres entreprises. Collaborer pour moi fait partie de ma vie. J’ai toujours aimé travailler en équipe et ce n’est qu’ensemble qu’on peut aller plus loin!

En plus de mon matériel, je travaille toujours avec des patrons francophones et plus particulièrement auprès de mes collègues du collectif Francrochet. C’est grâce à ces beaux patrons que j’ai continué à faire mes confections. Ils sont tellement bien écrits!

Pour ma nouvelle collection du printemps, je me suis lancée et j’ai créé mon premier modèle à moi de la tuque « Coiffe ta couette ». Je suis assez fière d’avoir osé. Ça fait maintenant 3 ans que je crochète et je me sentais enfin prête.

Peut-être qu’un jour, j’écrirai mon premier patron. Faire partie du collectif m’apporte beaucoup de confiance en moi. Je suis vraiment heureuse d’avoir fait le pas dans ce sens en devenant membre.

La question sur toutes les lèvres… y aura-t-il des patrons originaux par Design Emy dans le futur?

Oui je veux dans un futur rapproché lancer mes propres patrons. Pour l’instant, je commence à essayer de créer de nouveaux modèles pour mes confections dans l’intention d’en écrire un jour. J’adore ce milieu et je veux pousser plus loin.

Je crois qu’on peut toujours en apprendre plus et c’est ce qui me passionne.

Peut-être en lien avec ma question précédente… qu’est-ce qui s’en vient en 2021 pour Design Emy?

J’ai une belle collaboration en cours avec Créartlaine pour ma collection du printemps. Nous avons commencé à regarder pour prévoir les prochaines Vagues de Concours. J’aime bien travailler avec cette entreprise. En plus de collaborer, je me suis faite une nouvelle amie. Je veux également collaborer avec d’autres entreprises.

Alors qui que vous soyez, si vous avez une idée en tête, écrivez-moi , je suis toujours partant pour de nouveaux projets.

Pour 2021, je veux lancer de nouvelles collections en lien avec les Vagues de Concours. Ça me permet de mieux prévoir dans le temps et les thématiques me guident un peu pour me lancer.

Peut-être écrire mon premier patron avant la fin de l’année 2021!!?? À suivre!

Vous voulez explorer l’univers de DesignEmy? Visitez les liens ci-dessous !

Boutique EtsyFacebook Instagram

Vous aimeriez faire l’objet d’une des chroniques « Notre Univers au crochet » ?
Contactez La rose du rang pour en discuter !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :