Catégories
Blog Univers Crochet

La rose du rang crochète… Émilie Oudard

Dans le cadre de son aventure Notre Univers au crochet, Karine (La rose du rang) nous fait découvrir les membres du Collectif Francrochet… sous toutes leurs mailles !

Si tu es toute nouvelle au sein du collectif, ta passion pour le crochet est bien ancrée! Peux-tu nous parler de ton parcours et de ce qui t’as menée à atterrir avec nous?

J’ai commencé à crocheter en 2017 pour offrir un cadeau à une amie qui allait avoir un bébé. Je voulais un cadeau original et unique. Je me suis équipée d’un crochet, d’un peu de laine et j’ai appris à faire des mailles serrées, puis des brides grâce à des vidéos sur YouTube. Elle a adoré les petits chaussons que je lui ai crocheté !

Depuis, on ne m’arrête plus. J’ai rencontré d’autres passionnées qui m’ont fait découvrir qu’on pouvait crocheter des vêtements, puis m’ont montré Ravelry, puis des podcasts et ainsi de suite !

J’ai toujours été attirée par les loisirs créatifs pour m’évader de mon cursus scolaire, puis professionnel qui est très sérieux et terre à terre.

C’est devenu ma petite bulle d’oxygène !

On sent que ta passion pour le crochet a rapidement fait boule de neige et t’a poussée vers l’entrepreneuriat! Tu t’es d’abord lancée avec un podcast et un blog. Est-ce que ça a été un saut facile à faire?

Haha ! C’est bien que tu me poses cette question car il y a une histoire derrière mes podcasts. En réalité, j’ai été traumatisée enfant par les vidéos ! Je déteste me regarder à l’écran. Mes parents ressortent de temps en temps des passages où je suis pas vraiment à mon avantage et ils les exhibent fièrement ! J’ai développé une peur bleue de passer à l’écran depuis. Quand j’ai découvert les podcasts, je ne me voyais pas une seconde en faire moi-même un.

Et puis là aussi, j’ai été déçue qu’il n’y ait pas plus de crochet mis en avant dans les podcasts sur YouTube. L’envie de proposer du contenu pour parler crochet a été plus forte que ma peur de me filmer.

C’était aussi un défi pour moi de surmonter cette peur. Surtout que dans ma carrière professionnelle il m’a fallu me préparer à présenter des webinaires et être plus à l’aise pour prendre la parole. C’était l’exercice parfait pour moi !

Pour le blog, ça coulait de source. J’ai eu plusieurs blogs auparavant qui ont suivi mes précédentes passions. Je voulais dans mes blogs pouvoir donner des idées de modèles à crocheter, partager mes astuces au crochet et surtout papoter sur ma passion avec d’autres !

Croch’ta maille fêtera son premier anniversaire en avril, mais c’est déjà une superbe plateforme pour les crocheteuses à la recherche de matériel tendance… et d’accessoires adorables! Qu’est-ce qui t’as donné l’idée?

Je me suis vite heurtée à la faible diversité des accessoires pour crocheter. Quand on rentre dans une boutique de laine, les vendeurs s’attendent à parler tricot quand je choisis des pelotes de laine. Tout est pensé pour le tricot. Et j’ai voulu changer ça.

Proposer une boutique où les crocheteurs trouveraient tout ce dont ils ont besoin pour vivre leur passion : Croch’ta maille est né ! Le premier article dont j’ai eu l’idée, c’est le compte-rangs. J’en avais un qui était destiné au tricot : avec des anneaux. Non pensé pour le crochet, donc !

J’ai eu l’idée de le modifier en ajoutant un mousqueton pour l’accrocher sur mes amigurumis. Et puis comme j’avais assez de matériel pour plusieurs compte-rangs, je me suis dis que j’allais vendre ceux que j’avais en trop. J’avais également de quoi fabriquer des marqueurs de maille, que j’adorais collectionner. Et c’est devenu les 2 catégories d’articles qui ont le plus de succès sur ma boutique !

En même temps, avec ma copine Marie La Fée Ballot, nous organisions un TCAL (un CAL au crochet tunisien). Il n’y avait pas beaucoup de crochet tunisien en vente dans les boutiques. J’ai commencé à en vendre pour l’occasion.

Et là aussi ça a beaucoup plus!

Alors évidemment il y a des grandes merceries qui en vendent. Mais ce que les gens souhaitaient c’est être conseillés sur leur choix de crochet tunisien. D’ailleurs mes 2 articles de blog qui ont le plus été consulté c’est : Comment bien choisir son crochet et comment bien choisir son crochet tunisien. Les crochets ont vite rejoint la boutique, puis les dérouleurs à pelote, les ciseaux, les coupe-fils et plus récemment : les livres de modèles ou de techniques au crochet/crochet tunisien.

Si on retrouve sur la boutique un bel éventail de livres de patrons au crochet, on y retrouve aussi des patrons originaux ainsi que des kits à crocheter… pour tous les goûts quoi! Mais quels sont tes incontournables?

Je voulais proposer des kits à crocheter où on trouverait tout ce qu’il faut pour confectionner le modèle donné : le fil adapté, les accessoires, etc. Je pense que c’est parfois difficile de trouver le fil idéal à un modèle. Là, dans mes kits à crocheter, je pense à tout !

Ainsi, le kit La Torsadée comprend la boucle de ceinture et un écheveau de coton teint à la main, dans le kit Bon’Pom, il y a le marqueur de maille pour repérer son début de rang, le pompon amovible et une pelote de Scheepjes Chunky Monkey pour le laver facilement à la machine à laver, ou encore dans le kit mon chouchou au crochet il y a l’élastique compris pour confectionner un chouchou super solide !

Pour moi, un bon patron doit être accessible à tous ! Même à quelqu’un qui n’a encore jamais tenu un crochet. Je mets un point d’honneur à détailler au mieux chacun de mes modèles avec des images, des vidéos tutoriels, des diagrammes, pour que chacun trouve la méthode qui lui convient le mieux pour comprendre.

J’ai eu beaucoup de mal à apprendre le crochet. J’ai besoin qu’on m’explique de plusieurs manières différentes avant de comprendre. Ainsi, j’ai dû regarder des vingtaines de vidéos pour juste apprendre la bride !

Nous avons tous une manière d’apprendre qui nous est propre. Certains ont une mémoire visuelle, d’autre auditive ou encore motrice. Il faut simplement trouver ce qui nous convient !

Pour se lancer dans le design, je pense que c’est bien de savoir quel public on souhaite cibler. Pour ma part, ayant eu du mal à apprendre le crochet, je voulais aider les débutants à moins galérer que moi. Certains designeurs prennent plus de plaisir à enseigner des techniques plus avancées comme la brioche ou la mosaïque. Il en faut pour tous, peu importe son niveau.

Si on ne s’en doutait pas à voir la qualité de ton travail et de la plateforme Croch’ta maille, il demeure que celle-ci n’est pas ton activité principale! Quels seraient tes meilleurs conseils pour ceux qui décident de jongler avec plusieurs activités professionnelles?

Oui, tu as raison, Croch’ta maille est une activité secondaire. Mon métier (et mon activité principale) est comptable en cabinet d’expertise-comptable. Un métier que j’aime beaucoup : aider les entrepreneurs à piloter leur activité et les épauler dans leur quotidien. C’est aussi un job très stressant : nous avons sans cesse des délais à respecter. Le client a besoin d’un prévisionnel pour sa banque, entre temps, un de ses salariés est parti et il faut faire un nouveau contrat pour son remplaçant, puis un contrôle fiscal arrive et c’est de nouvelles tâches à honorer.

Jongler est donc une obligation dans ce métier où le planning est sans cesse bousculé par de nouvelles urgences, ce qui nécessite beaucoup d’organisation. Je crois que ces compétences m’ont beaucoup aidée à créer Croch’ta maille et à concilier mes deux activités, même si parfois c’est un peu difficile.

Par exemple, j’ai exposé à un salon dédié à la laine et aux arts créatifs autour du fil il y a peu de temps. Il m’a fallu préparer ce salon plusieurs semaines à l’avance pour tout boucler ! Il faut prévoir les délais de livraison des fournisseurs, mais aussi que je ne suis pas toujours chez moi pour réceptionner les colis, puisque je suis au bureau ! Planifier est essentiel. Tout comme prendre du temps pour soi.

Je fais en sorte que mon planning soit souple. Si un soir je rentre à 18h de mon travail et que je suis fatiguée, soit je prévois des tâches qui ne demandent pas beaucoup d’énergie ou de concentration, soit je décale au lendemain pour me reposer. C’est aussi important, car quand on travaille déjà 40 h par semaine, on ne peut pas donner son maximum encore en rentrant le soir!

J’ai encore beaucoup de progrès à faire pour concilier les deux. Comme toute passion, j’ai envie de me donner à 200% pour Croch’ta maille et les idées s’accumulent plus vite que les projets qui se réalisent. Ceci dit, j’adore cumuler deux emplois. Quand ça va pas dans l’un, il reste l’autre pour garder le moral ! La semaine dernière j’ai appris qu’une collègue que j’appréciais démissionnait, mais le même soir j’ai été contactée par toi pour une interview, alors c’était mon rayon de soleil de la journée 🙂

Avec le premier anniversaire de Croch’ta maille qui arrive à grand pas, nous sommes bien curieux de savoir ce qui se prépare pour la boutique, mais aussi pour les autres volets Chroch’ta maille comme le blog et la chaîne YouTube!

Oh là là ! Déjà un an ! C’est passé tellement vite ! Et en même temps il s’est passé tellement de choses en 1 an ! Et il y a tellement de projets à venir !

Déjà, je souhaite qu’en 2022, il soit possible d’apprendre le crochet rien qu’avec ma chaîne YouTube.

J’ai très envie de faire également des vidéos sur des techniques qui sont moins présentées en vidéo en français. J’ai une liste d’idées interminable, certaines vidéos sont déjà tournées. Il n’y a plus qu’à les lancer !

Pour le blog, j’aimerais parler un peu plus de mes envies au crochet, des modèles que j’ai aimé crocheter, des difficultés que j’ai rencontrées… Je souhaiterais que mes partages d’expérience puissent servir à d’autres.

Pour la boutique, j’attends avec impatience une livraison qui ne devrait pas tarder pour proposer de nouveaux accessoires crochet inédits en France !

Fin 2021, j’ai eu la chance inouïe d’apprendre le crochet dans un lycée à 30 élèves ! En 2022, j’ai très envie de continuer : je suis actuellement en pourparlers avec plusieurs partenaires pour organiser des ateliers physiques à thème. C’est quand même plus facile de partager sa passion en vrai que derrière un écran.

J’ai également prévu de sortir plus de patrons afin de continuer à partager de nouvelles techniques et combler le manque de modèles de vêtements en français.

J’aimerais également, si possible, exposer dans d’autres salons dédiés à la laine pour faire connaître Croch’ta maille et papoter avec toujours plus de passionnés du crochet !

Vous voulez en découvrir plus sur Croche’ ta maille? Visitez les liens ci-dessous!

Site WebFacebook – InstagramYoutubeRavelryPinterest

Vous aimeriez faire l’objet d’une des chroniques « Notre Univers au crochet » ?
Contactez La rose du rang pour en discuter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.